Grammaire française : orthographe, syntaxe, participe passé, accord du verbe, ponctuation, conjugaison...

La formation du féminin

Les adjectifs et les noms forment généralement leur féminin en ajoutant un e à la forme du masculin.

un commerçant aigri -> une commerçante aigrie

Modification de la finale

L'ajout du -e peut s'accompagner de certaines modifications.

-er -> -ère chère, conseillère
-f -> -ve admirative, veuve
-eux -> -euse amoureuse, rebouteuse
-el -> -elle annuelle, industrielle
-en -> -enne lycéenne, ancienne, chirurgienne
-on -> -onne bonne, vigneronne
-et -> -ette douillette, cadette

Les noms et adjectifs en -eur

- Lorsque le nom ou l'adjectif correspond à un verbe et qu'il n'existe aucun autre nom de la même famille en -tion, -ture, -taire ou -torat, le féminin se marque généralement par la finale -euse.

chercher -> un chercheur, une chercheuse

tromper -> trompeur, trompeuse

chanter -> un chanteur, une chanteuse

mentir -> menteur, menteuse

Certains noms ou adjectifs ne dérivent pas d'un verbe, mais d'un nom. On leur applique la même règle : leur féminin se forme en -euse.

une cascade -> un cascadeur, une cascadeuse

- Pour les noms en -teur, les règles sont plus complexes car plusieurs critères peuvent entre en jeu. Le féminin se marque par la finale -trice si la forme du masculin répond à au moins un des trois critères suivants :

  • il n'existe pas de verbe correspondant à la forme du masculin ;
  • le masculin ne dérive pas directement du verbe de même sens ;
  • la famille des dérivés comprend un autre nom en -tion, -ture, -taire ou -torat,

le féminin.

un auditeur, une auditrice (il n'existe pas de verbe de la famille de auditeur).

un lecteur, une lectrice (lecteur n'est pas dérivé du verbe lire).

un éditeur, une éditrice (il existe un nom en -tion : édition).

- Les noms et adjectifs en -eur (excepté ceux en -teur ; voir ci-dessus) qui ne correspondent à aucun verbe restent généralement au masculin.

un successeur, un ingénieur

Les règles décrites ci-dessus sont celles préconisées officiellement pour former tous les féminins des noms de métier. Si la formation est toujours possible, il convient de constater que les formes féminines ne sont pas toutes établies dans l'usage. Ainsi on trouvera plus couramment une assureur que une assureuse.

un député -> une députée

un magistrat -> une magistrate

un accordeur -> une accordeuse

Lorsqu'il n'existe pas de verbe correspondant, le féminin se marque seulement par le changement du déterminant. Le français du Québec et de Suisse ajoute dans ce cas la marque -e du féminin.

une entrepreneur (ou une entrepreneure).

une ingénieur (ou une ingénieure).



Recherche