Grammaire française : orthographe, syntaxe, participe passé, accord du verbe, ponctuation, conjugaison...

Advertising
Afin de limiter le nombre d'exceptions dans l'usage des accents et trémas et de rendre leur emploi plus cohérent, les Rectifications de l'orthographe de 1990 préconisent de nouvelles formes. Les anciennes graphies restent correctes.

Accent grave devant e muet

On met un accent grave sur les e qui précèdent les e muets, notamment dans les formes du futur et du conditionnel. On harmonise ainsi l'écriture de ces mots avec la règle appliquée généralement pour les autres mots ( règlement, mécène… ). évènement – il succèdera – il protègerait
On maintient l'accent aigu sur :
  • les préfixes dé- e pré- … ; dégeler, prélever
  • les é en début de mot ; élevage, épeler
  • les deux noms médecin et médecine.

Accent aigu sur le e

On met un accent aigu sur le e des mots qui en étaient dépourvus jusqu'à maintenant lorsque ce e se prononce [e] ou [¨]. asséner – réfréner – sénestre – révolver – placébo – mémento

Accent dans la conjugaison des verbes en -eler et -eter

Les verbes en -eler et -eter se conjuguent avec un accent grave pour marquer le son [¨] (è). Ils se conjuguent ainsi comme les autres verbes qui présentent un e muet ou un e ouvert dans leur conjugaison (semer, mener, lever…). il feuillète – il dénivèle – je renouvèle
On maintient la consonne double pour les verbes appeler et jeter ainsi que les verbes de leur famille il appelle, il jette

Accent circonflexe sur i et u

Les voyelles i et u s'écrivent sans accent circonflexe. la chaine – la boite – il parait la buche – le fut – bruler
On maintient l'accent circonflexe sur :
  • l'adjectif sûr, le nom jeûne, le participe passé et le verbe croître pour éviter des confusions avec leurs homophones sur, jeune, du (article) et les formes du verbe croire ;
  • la terminaison des deux premières personnes du pluriel du passé simple ; nous vîmes, nous fûmes
  • la dernière voyelles à la 3e personne du singulier de l'imparfait du subjonctif ; qu'elle fît, qu'il fût

Le tréma

  • On écrit avec le tréma sur le u :

    • les féminins des adjectifs aigüe (et suraigüe), ambigüe, contigüe et exigüe ainsi que le nom cigüe ;
    • les noms ambigüité, contigüité et exigüité.

  • On met un tréma sur le u de argüer et de gageüre pour signaler que ce u se prononce et que argüer ne doit pas être prononcé comme narguer , ni gageüre comme majeure .

Publicité