Grammaire française : orthographe, syntaxe, participe passé, accord du verbe, ponctuation, conjugaison...

Advertising
Lorsqu'un participe passé est suivi d'un infinitif (j'aurais aimé partir), il faut se demander si le complément qui précède le participe passé est complément d'objet direct (COD) de l'infinitif ou non.

Le complément est COD de l'infinitif

Dans ce cas, le COD ne rapporte pas au participe passé qui ne s'accorde donc pas.

EXEMPLESANALYSES ET EXPLICATIONS
Quelles œuvres auriez-vous préféré entendre ?Quelles œuvres est COD de entendre, il ne commande pas l'accord de préféré.
C'est une symphonie que nous avons
déjà entendu jouer plusieurs fois.
que, mis pour symphonie, est COD de jouer, il ne commande pas l'accord de entendu.
Elle s'est laissé prendre au piège. s', qui représente elle, est COD de prendre au piège, il ne commande pas l'accord de laissé.
Quand les verbes ci-dessous sont construits avec un infinitif, le COD est toujours celui de l'infinitif. Leur participe passé ne s'accorde donc jamais.
aimer
croire
demander
devoir
dire
faire
interdire
penser
permettre
pouvoir
préférer
refuser
souhaiter
vouloir
etc.
Nous vous envoyons les projets que nous avons choisi de subventionner. Quelles scènes a-t-il voulu revoir ?
Notez que le participe passé de faire est toujours invariable quand il est suivi d'un infinitif, même quand il est pronominal. Elles se sont fait construire une maison dans leur région. Les malfaiteurs se sont fait arrêter à la frontière. Sans infinitif, ces participes s'accordent. Ce sont les projets que nous avons choisis (choisis s'accorde avec le COD projets qui le précède).

Le complément n'est pas COD de l'infinitif

Ce cas ne se présente qu'avec quelques verbes, tels que laisser, voir, regarder, écouter, entendre, sentir, etc. qui peuvent se construire avec des infinitifs dont le sujet est exprimé. Quand ce sujet exprimé est placé avant le participe passé, la règle veut que l'on accorde ce dernier avec le sujet de l'infinitif.

EXEMPLESANALYSES ET EXPLICATIONS
Cette pianiste nous l'avons déjà entendue jouer plusieurs fois.Le sujet exprimé de jouer est le pronom l', mis pour pianiste : le participe passé entendue s'accorde donc avec ce pronom.
Elles se sont laissées tomber.Le sujet exprimé de tomber est le pronom se mis pour elles : le participe passé laissées s'accorde donc avec ce pronom.
Cette règle (au demeurant seulement graphique, puisque qu'à l'oral aucune différence ne se fait entendre pour ces verbes) est discutable. En effet cela revient à considérer que ce complément est COD du participe puisqu'il en commande l'accord. Il semble alors pour le moins curieux de dire que dans la symphonie que j'ai entendu jouer, c'est l'infinitif et son complément qui sont le COD de entendu alors que dans la pianiste que j'ai entendue jouer, c'est seulement pianiste qui est COD. Quelle est alors la fonction de jouer ?

Les Rectifications de l'orthographe proposées en 1990 préconisent l'invariabilité de laissé lorsqu'il est suivi d'un infinitif. Elles se sont laissé tomber. Je les ai laissé partir.


Publicité