Grammaire française : orthographe, syntaxe, participe passé, accord du verbe, ponctuation, conjugaison...

Advertising
Veillez à ne pas confondre le pronom qui et le groupe qu'il(s), mis pour que élidé suivi du pronom sujet il(s).

Dans les tournures personnelles

On écrit qu'il seulement si le sujet de la proposition qui suit est bien il. Il a écrit à ceux qu'il n'a pas vus depuis longtemps (il est sujet de la proposition : il n'a pas vu…) Je ne savais pas qu'il resterait là plusieurs jours (il est sujet de la proposition : il resterait là…). On écrira donc Il a répondu aux lecteurs qui lui ont écrit (les lecteurs lui ont écrit). Je ne savais pas qui resterait là plusieurs jours (qui restera là ?).
On peut s'assurer qu'il faut écrire qu'il si on peut remplacer qu'il par qu'elle ou par que lui. Je ne savais pas que lui resterait là plusieurs jours.
mais on ne pourra avoir Il a répondu aux lecteurs que lui ont écrit. On n'écrira donc pas Il a répondu aux lecteurs qu'il lui ont écrit mais bien Il a répondu aux lecteurs qui lui ont écrit.

Dans les tournures impersonnelles

On peut avoir le choix entre qui et qu'il quand le verbe de la proposition subordonnée est un verbe pouvant s'utiliser en tournure impersonnelle. Je ne comprends pas ce qui leur arrive (ou ce qu'il leur arrive). Dans l'exemple ci-dessus, la première possibilité équivaut à la proposition cela leur arrive, la seconde équivaut à il leur arrive cela.
Lorsqu'il s'agit d'un verbe qui ne s'emploie qu'en tournure impersonnelle, on écrit toujours qu'il. C'est ce qu'il faut écrire (et non ce qui faut écrire). Lorsque le sujet logique du verbe est exprimé, c'est la forme qu'il que l'on utilise. Sais-tu qu'il leur est arrivé une curieuse aventure ? (et non pas qui leur est arrivé une curieuse aventure qui équivaudrait à cela leur est arrivé une curieuse aventure).

Publicité