Grammaire française : orthographe, syntaxe, participe passé, accord du verbe, ponctuation, conjugaison...

Advertising
On distingue trois voix selon lesquelles un même verbe peut être employé différemment.

La voix active

Le sujet désigne celui qui fait l'action et le complément désigne celui qui en est le bénéficiaire. La mère lave l'enfant (c'est la mère, sujet, qui fait l'action et c'est l'enfant, le complément, qui en est le bénéficiaire).

La voix passive

Le sujet désigne le bénéficiaire de l'action et le complément désigne celui qui fait l'action. L'enfant est lavé par sa mère (c'est toujours la mère qui fait l'action, mais sa mère n'est plus sujet, mais complément ; c'est toujours l'enfant qui en est le bénéficiaire, mais l'enfant n'est plus complément, mais il est sujet).
D'un point de vue formel, la voix passive se marque par l'emploi de l'auxiliaire être. Attention à ne pas confondre un verbe au passif et un verbe au passé composé conjugué avec l'auxiliaire être. L'enfant est tombé (passé composé : valeur temporelle ; on pourrait dire l'enfant tomba). L'enfant est lavé par sa mère (passif, le passé composé de laver serait formé avec avoir : a lavé ; on ne pourrait pas dire l'enfant lava par sa mère).

La voix pronominale

Le sujet est à la fois celui qui fait l'action et celui qui en est le bénéficiaire. L'enfant se lave (le pronom se désigne la même personne que le nom sujet enfant. S'il s'était agi d'une personne différente, on aurait eu : l'enfant le lave).
D'un point de vue formel, la voix pronominale se marque par l'emploi du pronom réfléchi (pronom de la même personne que le sujet).

Les distinctions de sens entre les différentes voix ne sont pas toujours très nettes. En effet, dans une phrase telle que le sommet de la montagne se voit de loin, il paraît difficile de dire que le sommet est à la fois celui qui fait l'action de voir et celui qui en est le bénéficiaire. De même, il est difficile de dire que dans le malade a subi une intervention chirurgicale, le malade est celui qui fait l'action. En revanche, les distinctions formelles sont facilement repérables ; elles permettent de savoir clairement à quelle voix est le verbe.


Publicité