Grammaire française : orthographe, syntaxe, participe passé, accord du verbe, ponctuation, conjugaison...

Advertising
Le verbe est un mot variable : il se présente sous différentes formes selon le mode, le temps, la personne et le nombre auxquels il est employé.

On distingue les formes simples (sers, servira, servaient, servant) des formes composées (aura servi, avoir servi) où le verbe est conjugué avec un auxiliaire.

Chaque forme simple se compose d'un radical auquel on ajoute une désinence.

On classe traditionnellement les verbes en trois groupes :
  • le 1er groupe : les verbes dont l'infinitif se termine par -er ;
  • le 2e groupe : les verbes dont l'infinitif se termine par -ir et dont le participe présent est en -issant ;
  • le 3e groupe : tous les autres verbes.
Les verbes aller, être et avoir sont des verbes dont la conjugaison présente de nombreuses particularités : ils n'appartiennent à aucun groupe.

Le radical

Le radical est la partie qui porte le sens du verbe. Certains verbes présentent des radicaux très différents au cours de leur conjugaison, mais la plupart des verbes ont des radicaux constants. Ser- et serv- sont des radicaux utilisés dans la conjugaison de servir. Sai-, sav-, sach-, saur- sont les radicaux utilisés dans la conjugaison de savoir.
Pour les verbes du 1er et du 2e groupe, les modifications de radical se font de façon tout à fait régulière : chant- et chanter- sont les deux radicaux servant à toute la conjugaison de chanter.

Seuls quelques verbes du 3e groupe changent de radicaux sans suivre de règles précises, ce qui pourrait rendre leur conjugaison délicate. Mais ces modifications sont généralement connues des francophones (voir plus haut, l'exemple de savoir) et les hésitations ne subsistent que pour les verbes employés rarement.

La désinence

La désinence est la partie qui, ajoutée au radical, porte les marques de mode, de temps, de nombre et de personne. -ait est la désinence qui sert à marquer la troisième personne du singulier de l'imparfait de l'indicatif ou du présent du conditionnel (il aimait, il aimerait).
Contrairement aux radicaux, les désinences présentent peu d'irrégularités. Elles varient selon les groupes aux présent de l'indicatif et de l'impératif, mais sont les mêmes pour tous les verbes de tous les groupes au conditionnel ou au subjonctif par exemple. La difficulté est surtout à l'écrit dans la mesure où les désinences sont parfois muettes (je conclus) ou contiennent des lettres muettes (ils concluaient).

Il existe des verbes qui n'ont pas de forme pour certains temps ou certaines personnes : on les appelle verbes défectifs. Ainsi, le verbe clore n'a pas de forme pour le passé simple ni pour l'imparfait de l'indicatif ou du subjonctif.


Publicité